Sunyoung Seo - Soprano

Cliquez ici pour la version française

South Korean soprano Sunyoung Seo was born in Pusan, and studied singing at the Korea National University of Arts in Seoul, where she received her Bachelor’s degree in 2006 and Master of Music degree in 2009 with Hans Choi. While still a student in Seoul, she performed her first operatic role as Adina in Donizetti’s L’Elisir d´Amore.

A DAAD (Deutscher Akademischer Austausch Dienst) scholarship enabled her to come to Europe and to study at the Robert Schumann Musikhochschule in Düsseldorf, where she obtained her Konzertexamen under the tutelage of Professor Michaela Krämer in 2011. At the Hochschule, she performed such roles as the Contessa Almaviva Le Nozze di Figaro, Mimi La Boheme, and the title role in Puccini’s Suor Angelica. With support from Westdeutscher Rundfunk (WDR) she recorded a CD album of romances and arias.

From 2011 to 2015 Sunyoung was a member of the ensemble at Theater Basel where her roles included the title role in Rusalka, Micaëla Carmen, Salud in Falla’s La vida Breve, the title role in Katja Kabanova, Amelia Un ballo in Maschera, Desdemona in Verdi’s Otello, Elettra Idomeneo, Elsa Lohengrin, and Tatiana Eugene Onegin.

Seo is now a freelance soprano and has since sung Ortlinde Die Walküre at the Deutsche Oper, Berlin, Katja Katja Kabanova at the Hamburgischer Staatsoper, the title role in Rusalka and Elsa Lohengrin in Seoul, Elisabetta Don Carlo in Daegu and made her United Kingdom debut as Liu Turandot for Opera North.  She will sing Cio-Cio San Madama Butterfly at the Opéra National de Lorraine in June 2019.

Seo’s most recent achievements include the first prize at the International Tchaikovsky Competition in Moscow and St. Petersburg (Russia, July 2011), first at the Maria Callas Grand Prix Competition in Athens (Greece, March 2011), first at the Francisco Viсas International Vocalists’ Contest in Barcelona (Spain, January 2010), and second prize at the International ARD Music Competition in Munich (Germany, September 2009). She was also selected as 2011’s best Soprano in Germany’s Nordrhein-Westfalen.

Seo has worked with such international conductors as Christian Thielemann, Valery Gergiev, Myung-whun Chung, John Fiore, Axel Kober, Gabriel Feltz, John Luther, Enrico Delamboye, Giuliano Betta, Andrea Marcon, and Thomas Gabrisch. She has performed with the following orchestras: Wiener Philharmoniker, London Symphony Orchestra, Sinfonieorchester Basel, Mariinsky Orchestra, Munich Radio Orchestra, Berner Symphonieorchester, Seoul Philharmonic Orchestra, and NHK Symphony Orchestra. She has performed in the following theaters: Barbican Centre, Wiener Konzerthaus, Carnegie Hall, Tchaikovsky Concert Hall, Mariinsky Theatre Concert Hall, Stadtcasino Basel, and Konzert Theater Bern.

For Cio-Cio-San/Madama Butterfly/Opéra National de Lorraine 2019

“Sunyoung Seo ajoute à son physique la voix idéale pour l’héroïne : ambitus imposant, puissance souveraine, legato sensible, absence de vibrato intempestif, égalité sur tous les registres, articulation impeccable. Sans oublier le talent d’émouvoir, sans forcer dans le larmoiement, ni dans les excès dramatiques. Après la candeur savoureuse de la jeune fille de 15 ans qu’elle incarne au début, la soprano coréenne atteint à une vérité dramatique rare dans toute la fin du III, quand elle découvre la vérité sur la trahison de Pinkerton.  Capable d’exhaler des suraigus pianissimo, Sunyoung Seo parvient aussi à survoler, avec aisance, les fracas de l’orchestre puccinien.” Opera

“Sunyoung Seo has the ideal voice and physicality for the heroine, together with an imposing range, magisterial power, sensitive legato, a lack of intrusive vibrato, equanimity throughout the registers and perfect articulation. And don’t forget her talent to move you, without histrionics or over-done theatricality. She captures the innocence of a young girl of fifteen at the start, before attaining a rare truthfulness at the end of Act 3, when she discovers Pinkerton’s deceit.   Capable of a true pianissimo even in the highest registers, Seo also manages to soar with ease over a full Puccini orchestra with ease” Opera

“Pour sa prise de rôle en Cio-Cio-San, la sud-coréenne Sunyoung Seo réalise d’emblée une incarnation majeure et accomplie. Totalement investie dans son personnage, elle en explore toutes les facettes, variant couleurs et émission du son filé au cri (un « M’ha scordata ! » à fendre l’âme), de la rondeur aux reflets métalliques, toujours en situation. Sa détresse en devient palpable et l’émotion étreint comme rarement” ResMusica

“La sensible, c’est également la soprano sud-coréenne Sunyoung Seo qui, pour ses débuts à Nancy – et plus largement, en France – propose une formidable Butterfly. Comédienne délicate, elle est charmante en amoureuse mutine au premier acte pour se révéler profondément touchante en femme blessée. Le souffle long, le legato ample, les mezza voce raffinés, son soprano ardent et rayonnant a des accents déchirants.” Forum Opéra

“La prise de rôle de la soprano Sunyoung Seo marque par sa clarté de diction. Son jeu scénique poignant se conjugue avec des couleurs de timbre adaptées au ressenti du personnage, qu’elle soit « la fille la plus heureuse du Japon » ou anéantie. Le timbre tantôt velouté, aux accents de berceuse endolorie, s’emporte, s’aigrit en un souffle, se rengorge sur les élans du patriotisme américain. Les aigus perlent ou tranchent, les graves sont puisés du fond de la gorge, le glissando est agile, les piani doux à souhait, d’une portée puissante et sans effort. Le très attendu « Un bel di vedremo » lui vaut les bravi d’un public conquis.” Olyrix

“La soprano sud-coréenne Sunyoung Seo est très en forme vocalement et incarne magistralement , âme et corps, le lustre de son aveuglement, derrière lequel se cachent illusion et désespoir. Elle est très fortement ovationnée après le célèbre air « Un bel di vedremo »” Classique News

“Face à lui, l’héroïne est interprétée par Sunyoung Seo. Pour une première Butterfly, la soprano s’investit comme il est rare de le voir, offrant un chant coloré sans faille (hormis de la scène évoquée ci-dessus), ce qui le rend peut-être trop « parfait » pour ce rôle de femme et de mère brisées, mais gageons que l’interprétation s’affinera très vite au regard du talent de la chanteuse. Epoustouflante de bout en bout, les intentions se ressentent, tant le patriotisme américain que les joies de l’amour naissant ou la certitude du retour de son mari et les rêveries, guidées par un jeu sur scène tout aussi excellent que la prononciation ou les attaques plus ou moins marquées selon l’intention donnée. A n’en pas douter, nous assistons là à la naissance d’une grande Butterfly qui, une fois parée des quelques nuances qui peuvent manquer dans ce jeune chant, devrait devenir une Butterfly d’envergure.” Opera Online

“Dans le rôle-titre, Sunyoung Seo affirme un engagement sans faille. La plénitude de sa technique sert une incarnation sensible aux inflexions psychologiques de l’amoureuse crédule et abandonnée, dans la lignée des intentions du compositeur. La rondeur de l’émission et de la ligne esquisse un portrait délicat de l’apprêt des sentiments de la jeune femme. La vérité de l’interprétation, qui ne sacrifie jamais l’intégrité des notes, ne laisse pas le public indifférent : l’applaudimètre en atteste.” Toute la Culture